samedi 4 avril 2009

Pour détendre l’atmosphère, un petit pastiche.

Durant l'après-midi, alors que j'étais occupé à préparer un cours, j'ai ressenti une brutale gêne au niveau de mon appareil buccal. De plus, une odeur infâme envahissait l'appartement. « Diantre, que se passe-t-il ? », me dis-je. « On dirait que je ne parviens plus à desserrer les dents. » Me tournant vers la Privilégiée, je l'interroge du regard, et elle me répond, souriante : « il faudrait peut-être que tu retires ce couteau que tu tiens entre tes dents depuis une heure. » Brusquement, la réalité prit corps : un énorme couteau de boucher se trouvait là, coincé entre mes incisives. Je l'ôtais, étonné.

Ne me démontant pas, je demandais : « et cette odeur pestilentielle, c'est quoi ??? »
« Ah, justement, je voulais t'en parler. Figure-toi que j'apprécie moyennement que tu aies suspendu dans notre salon ce cadavre de bourgeois, qui est gentiment en train de se décomposer. En plus, je suppose que tu tenais dans ta bouche l'arme du crime… Et puis, franchement, tu passes en boucle les cœurs de l'Armée Rouge depuis que tu es rentré, et c'est un peu pénible. Et je ne regarderai pas ce soir le Cuirassé Potemkine, malgré toutes tes supplications. Je croyais pourtant que tu avais abandonné tes délires gauchisants depuis longtemps. »

En quelques instants, je m'étais transformé en militant ardent du Parti Bolchevique. Depuis quelques minutes, je m'étais interrompu dans ma préparation de cours et je préparais un billet sur la beauté de la dékoulakisation menée par le camarade Staline, et je répondais à un commentateur social-traître que j'étais prêt à mourir pour le succès de la Révolution socialiste.

Etait-ce un coup de Fabrice ? M'avait-il ramené vers le soleil radieux des lendemains qui chantent ? Non, ce n'était pas lui. Rapidement, je trouvais le coupable. En quelques lignes, Didier Goux venait de m'installer dans le rôle de Commissaire du peuple.

La cause en était ce petit billet, écrit avec mes deux camarades suite à la publication d'une charte de blogueurs plus que discutable. Ce brûlot était d'une violence inouïe, et révolutionnait le monde en quelques lignes : à l'évidence, le nouveau Capital venait d'être écrit. En trois phrases, nous étions prêts à pourfendre toute la droite de ce pays, quelle que soit son obédience, prêts à résister à toutes les insultes et même à l'arrogance de nos adversaires.

Dès ce matin, nous avions réuni la cellule par quelques mails. Nous avions contacté notre équipe dormante, dirigée par le terrible Nicolas Jegounovitch, qui se devait de relayer notre initiative, grâce à son influente position à la tête du classement des blogs marxistes. Il réussit son œuvre, et affronta la première vague de l'assaut des capitalistes. Ceux-ci avaient senti le danger que nous faisions courir à notre société libérale certes, mais corrompue et pourrie par le grand capital.

Tous nos adversaires étaient là. Oubliant les discussions fructueuses du passé, mettant en avant leur honneur bafoué, ils se sentaient tous ranimés par une lutte commune contre l'adversaire honni depuis toujours : le terrible communiste, tapi en chacun de nous trois. Enfin, ils allaient pouvoir purger l'univers de cette peste rouge qui ne faisait que détruire ce pour quoi ils combattent depuis toujours.

Je ne sais si nous avons triomphé, mais notre QG est déjà établi. Notre cellule de conspirateurs se réunit au Kremlin (dit Bicêtre, l'original étant occupé par des capitalistes), dans un bar nommé « l'Étoile, la Faucille, le Marteau et la Comète ».

Sauf Manuel, mais lui, c'est normal : c'est un Menchevik qui planque son pognon en Suisse

PS : je me suis bien amusé aujourd'hui. J'espère qu'il en aura été de même pour nos contradicteurs.

17 commentaires:

  1. Oui, la journée a été amusante !

    RépondreSupprimer
  2. Pas mal du tout ! Cela dit, je continue à tenir Eisenstein pour un génie, et le Chant du départ ou celui des partisans par les choeurs de l'Armée rouge, ça avait bien de la gueule, je vous le dis...

    Et, oui, on s'est bien marré, hier.

    RépondreSupprimer
  3. Cette matinée est encore plus amusante que la journée dernière!

    RépondreSupprimer
  4. @ Nicolas : Tiens bon camarade !

    @ Didier : je vous imagine bien écoutant les chœurs de l'armée rouge à la Comète.

    @ Manuel : oui, les choses bougent.

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai pas fini de vous surprendre...

    RépondreSupprimer
  6. En tout cas, tout est parti de l'introduction de Didier chez LHC...

    RépondreSupprimer
  7. @ Didier : ah, des promesses...

    @ Manuel : je l'avais dit, LHC ne survivra pas à son entrée.

    RépondreSupprimer
  8. Je savais que tout serait de ma faute, de toute façon...

    RépondreSupprimer
  9. @ Didier : oui, vous le saviez... (smiley)

    RépondreSupprimer
  10. Ça a juste été plus rapide que prévu...

    RépondreSupprimer
  11. @ Manuel : Didier a juste été un facteur déclenchant d'une crise plus profonde apparemment.

    RépondreSupprimer
  12. Salut,
    le billet est marrant. Je ne l'avais pas encore lu.

    par contre, à la fin, tu dis : "PS : je me suis bien amusé aujourd'hui. J'espère qu'il en aura été de même pour nos contradicteurs."

    moi toute cette histoire ne m'a pas amusé du tout. Voir des gens que l'on connait se faire traiter de raciste et d'extrémiste de droite est très déplaisant. Etre embarqué dans une histoire qui ne nous ressemble pas, non plus, d'ailleurs.

    Tout cette exagération n'a pas conduit au moindre débat de fond.Il y en avait beaucoup de choses à dire et à contredire. Il faut croire les polémiques ont plus de succès que les questions importantes. Pourtant l'identité culturelle de la France est un sujet important, à l'heure où la Turquie essaye de rentrer dans l'Europe, sans pour autant se donner la peine de montrer pate blanche. Erdogan est un islamiste qui a bien du mal à cacher son jeu. Et nous faisons semblant de croire que tout va bien. Serions-nous aveugle ?

    RépondreSupprimer
  13. @ LOmiG : la dernière phrase avait un côté ironique que tu n'as pas vu apparemment. Pourtant, c'était bien le cas.

    C'est marrant, je vais faire un billet sur cette polémique sur les Gueules et un autre sur la Turquie ici. Personnellement, je suis pour l'adhésion, que j'estime être le meilleur moyen de détruire les islamistes dont tu parles.

    Nous avons estimé que cette charte était d'extrême-droite, et que de nombreux blogs y participant faisaient parti de cette mouvance. Nous avons posé la question de vos trois engagements. Vous avez répondu, chacun à votre manière. Le débat a dérapé rapidement il est vrai.

    La suite dans mon billet sur les Gueules.

    RépondreSupprimer
  14. On est reparti dans l'islamisme??

    RépondreSupprimer
  15. @ Manuel : c'est un bon sujet, non ?

    RépondreSupprimer
  16. @ Manuel : c'est une idéologie de merde mais c'est un bon sujet.

    RépondreSupprimer

Laissez-moi vos doléances, et je verrai.

La modération des commentaires est activée 14 jours après la publication du billet, pour éviter les SPAM de plus en plus fréquents sur Blogger.