vendredi 12 avril 2013

Patrimoine certes, mais aussi conflit d'intérêts.

Je dois dire que je suis assez surpris des déclarations de patrimoine qui se multiplient dans la presse. Franchement, tout connaître des richesses de Copé, Fillon, Mélenchon ou Désir, je ne vois pas l'intérêt. Que les déclarations de patrimoine soient consultables, c'est une chose, mais de là à en faire des papiers en grand nombre, il y a un monde. On peut de toute façon supposer qu'ayant exercé de nombreux mandats bien indemnisés, ils ne sont pas pauvres.

Ce qui serait nettement plus intéressant, ce serait de savoir quels sont les éventuels conflits d'intérêt qu'un homme ou une femme politique peut rencontrer, mais pas seulement.

Ainsi, il me semble toujours problématique qu'on ne cite jamais les ancrages de nombreux intervenants des médias, comme les soi-disant experts qu'on nous inflige à tour de bras. Pourquoi ne dit-on jamais pour qui ces personnes travaillent, voire où ils sont encartés. Par exemple, de nombreux économistes médiatiques sont aussi aux conseils d'administration de sociétés privés, ce qu'il faudrait savoir pour saisir certains positionnements.

Les hommes politiques, au moins, ont le mérite de la franchise. On sait où ils sont. Mais il est intéressant de savoir si un ministre des finances est un ancien banquier ou un ministre de la santé un ancien dirigeant d'une entreprise pharmaceutique.

Pour résoudre ce problème, il suffirait qu'un journaliste, avant d'interviewer une personnalité, énonce toutes ses casquettes. Un peu fastidieux, certes, mais nécessaire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez-moi vos doléances, et je verrai.

La modération des commentaires est activée 14 jours après la publication du billet, pour éviter les SPAM de plus en plus fréquents sur Blogger.