vendredi 19 février 2010

Quelles perspectives pour les actions dans l'Education ?

Et voilà, ça y est, cher lecteur. Comme l'ensemble des enseignants de la zone C, j'entame ce soir mes deux semaines de vacances d'hiver. Pour nos élèves et nous, voici une bonne période de repos. Pour le gouvernement, voici enfin l'occasion de cesser d'entendre, dans les médias, les litanies sur les mouvements sociaux qui ont secoué l'Académie de Créteil depuis deux semaines, et qui ont commencé à s'étendre sur Paris et sur Versailles hier. Plus de 5 000 personnes ont manifesté à Paris hier après-midi, alors qu'il y en avait 200 à Aubervilliers il y a deux semaines.

L'arrivée des vacances scolaires met le mouvement social entre parenthèse pour nous, mais ce qui va se passer maintenant est primordial. En effet, la zone B rentre en cours lundi. S'il ne se passe pas quelque chose dans ces académies (une grande partie du Nord de la France et le Sud-Est), il est quasiment certain que le mouvement qui s'est développé restera cantonné aux zones les plus dures de la région parisienne. Certes, il est possible que nos établissements obtiennent quelques avantages et quelques postes, mais ce qui suscite l'action ne sera pas résolu, et l'État continuera joyeusement à se désengager des dépenses d'avenir.

Nous voilà donc dans l'attente des éventuelles actions de nos collègues de province. Il reste à espérer qu'ils n'ont pas été trop intoxiqués par le discours médiatique sur une action uniquement centrée sur les questions de sécurité.

Les luttes n'ont d'ailleurs eu, pour le moment, que des résultats très légers. Après deux semaines de retrait, après une agression d'un enseignant qui tentait de faire cesser une bagarre dans sa classe, les personnels du collège Timbaud de Bobigny n'ont obtenu que la garantie qu'un poste de CPE serait ajouté en septembre, avec un poste de surveillant. Pour le moment, ils gagnent deux précaires pour finir l'année et ont repris le travail. A Thiais, la lutte se poursuit.

Collègue de province, on est attentif et on t'attend. J'espère que tu répondras présent.

PS : Il paraît que Didier Goux a eu un petit accident de santé. Espérons qu'il se remette vite et recommence à troller nos billets...

9 commentaires:

  1. Au risque de titiller un peu, je note tout de même que les enseignants sont de sacrés privilégiés: après les vacances de Noel, voici celles de février, bientôt celles de Paques et vivement l'été ...Il paraitrait que c'est en France que les enfants ont le moins de jours de classe, il paraitrait aussi qu' en France, les élèves ont un niveau plus que moyen en fin de parcours...
    Un rapport de causalité ?

    cordialement,

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. @ Corto74 : en fait, tu ne me titilles pas plus que ça, parce que depuis bientôt deux ans que je tiens ce blog, j'en ai eu pas mal, des personnes me disant la même chose.

    Sur les vacances, je suis soumis au ministère. S'il décide de changer, je prends. Personnellement, je suis totalement pour une refonte du planning des vacances, mais à chaque fois que la question s'est posée, les lobbies du tourisme ont tout fait échoué.

    Sur le niveau des élèves, les raisons sont ailleurs, et reste à savoir de quoi on parle exactement. D'autre part, les enfants français ont beaucoup de vacances mais aussi l'un des emplois du temps le plus chargé au monde.

    @ vservat : pourquoi as-tu effacé ton com ? Il était bien.

    RépondreSupprimer
  4. En france les élèves ont 180 jours de classe avec en moyenne 6 heures de cours par jours "travaillés", tu parles d'un planning ultra chargé !
    Les lobbies du tourisme, ça je ne l'avais pas encore lu, elle est excellente ! A la prochaine AG demande un peu autour de toi si vous seriez d'accord pour reduire vos vacances afin de bosser comme vos collègues européens ...

    cordialement,

    RépondreSupprimer
  5. @ Corto74 : c'est faux. Mes élèves de seconde ont une semaine de 33 heures, sur 192 jours, auxquels il faut ajouter le travail à la maison. S'il est fait sérieusement, c'est au moins six à huit heures par semaine, soit environ 41 heures.

    Sur les lobbies du tourisme, c'est vrai. Par exemple, c'est eux qui ont obtenu le décalage des vacances par zone en février et avril (alors qu'au niveau des rythmes des enfants, c'est une idiotie) pour remplir les stations de ski sur quatre semaines et pas sur deux.

    Après, si tu as envie de penser que je suis un fainéant, c'est ton droit. Je ne t'oblige à rien, même pas à sortir de tes clichés.

    RépondreSupprimer
  6. @Mathieu : j'ai effacé mon post non parce que son contenu ne me plaisait pas mais parce qu'après coup associer les vacances aux résultats "moyens de l'école c'est tellement improbable que j'ai cru à une provocation. De ce fait je trouvais mes tentatives d'explications un peu "panzer division". Je le regrette un peu maintenant.

    RépondreSupprimer
  7. C'est quand même amusant d'entendre que le mouvement social est mis entre parenthèses pour cause de vacances... C'est vraiment trop drôle. Si la situation était aussi tragique et terrible que les syndicats de gauche et ses extrêmes veulent bien nous le dire, le combat ne cesserait pas comme ça quand des petites vacances pointent leur nez. C'est risible et cela montre bien le ridicule de la caste des grévistes professionnels de la fonction publique.
    Cordialement,

    Joshua

    RépondreSupprimer
  8. @ vservat : on trouve de tout sur internet.

    @ Joshua : le jour où vous aurez envie de discuter et que l'invective ne vous satisfera pas, vous serez le bienvenu.

    RépondreSupprimer

Laissez-moi vos doléances, et je verrai.

La modération des commentaires est activée 14 jours après la publication du billet, pour éviter les SPAM de plus en plus fréquents sur Blogger.